Le Fort Rouge de New Delhi

Avec un charme somptueux et singulier, le New Delhi est l’une des portes d’entrée de l’Inde. Il s’agit en effet de la capitale de l’Inde, une grande métropole de plus de 17 millions d’habitants. C’est une ville avec une histoire hors pair dont la construction a démarré au XXe siècle. New Delhi propose une panoplie de découvertes dont les plus remarquables sont ses bâtiments historiques inscrits au patrimoine de l’UNESCO. Parmi ceux-ci se trouve le Fort Rouge de New Delhi que nous vous proposons de découvrir.

Histoire du Fort Rouge

Le Fort Rouge de New Delhi a été construit à la demande de Shâh Jahân, le plus grand empereur moghol qui n’a jamais existé. Il s’agit du petit-fils d’Akbar qui s’était d’ailleurs assez inspiré de son grand-père. Responsable de la construction de certaines structures glorieuses de l’époque, cet empereur décida de déplacer sa capitale d’Agra et d’en délaisser le Fort. Il eut l’idée de construire une nouvelle ville fortifiée à laquelle il donna son nom Shahjahanabad. Au sein de la même ville devait se trouver aussi sa résidence qui est l’actuel Fort Rouge du New Delhi. Il a fallu plus de 10 ans pour construire cette résidence qui abrita pendant près de 200 ans les dirigeants moghols. La construction de cet édifice a été laissée aux mains de l’architecte en chef Ustad Ahmed Lahauri. Ayant commencé par construire le bâtiment en 1636, il l’acheva 12 ans après en 1638.

À l’origine, le Fort Rouge n’était pas rouge. Des décennies après sa construction, le calcaire d’origine avec lequel le bâtiment a été construit a commencé par s’écailler. Les Anglais qui occupaient Delhi à l’époque n’avaient d’autre choix que de le repeindre et ils ont opté pour le rouge. Ce sont les mêmes qui le baptiseront Fort Rouge (Lal Qila) après l’avoir peint pour le préserver. La mort de Shâh a laissé le Fort vivre les heures les plus sombres de son histoire. Saccage et pillage, autant de maux face auxquels les souverains successifs n’ont su se défendre. En 1739, le Fort a même fait office d’une attaque orchestrée par le souverain turc Nadir Shah. Le dernier souverain moghol à avoir vécu dans ces lieux est Bahadur Shah Zafar. Avec son règne insignifiant, il ne portait que le titre de titulaire. Suite à l’envahissement des Britanniques, celui-ci s’exila en Birmanie, signant ainsi la fin de la dynastie des Moghols.

Description du Fort Rouge de New Delhi

Le Fort Rouge de New Delhi, encore connu sous le nom du Palais-fort de Shahjahanabad ou Lal Qil’ah est un grand édifice dont l’architecture provient de l’art moghol. Il s’agit d’un grand complexe avec ses murs d’enceinte couverts de merveilleuses tours. Au sein de ces tours se trouvent des mosquées, des palais impériaux et des édifices en marbre. Elle contient aussi deux salles d’audience dont l’une est publique et l’autre privée. Le Fort, en général, prend la forme d’un octogone décoré de marbre, de gravures et de fleurs. Ce grand complexe abrite le Fort Rouge et le Fort Salimgarh qui a été construit en 1 546 par Islam Shah Suri.

Le Fort Rouge de New Delhi est un grand édifice à la fois en taille et en superficie. La clôture de l’enceinte fait un peu moins de 2,5 km. Les murs du Fort du côté de la rivière font 16 m de hauteur et ceux du côté de la ville 33 m. Le bâtiment quant à lui-même recouvre une superficie de 656 x 328 m au beau milieu de jardins verdoyants. Ces jardins sont irrigués par le détournement de la rivière Yamuna. Le Fort possède trois entrées.

  • La première nommée la porte de Lahore, car elle se tourne vers Lahore au Pakistan. Il s’agit de la porte principale destinée au public.
  • La porte de Delhi construite aussi pour le public.
  • L’entrée de Khizrabad qui est destinée à l’empereur.

Le Fort Rouge est l’une des plus grandes attractions touristiques en Inde. Elle attire des millions de visiteurs à travers le monde.

La place politique du Fort Rouge pour le peuple indien

Le Fort Rouge de New Delhi est un lieu symbolique pour le peuple indien. C’est depuis cet emplacement que le Premier ministre indien s’adresse au peuple tous les 15 août à l’occasion de la fête d’indépendance du pays. Il s’agit en effet du symbole de l’indépendance de cette population. C’est cet endroit même qui a vu défiler les milliers de protestants qui ensemble ont pu obtenir la souveraineté de l’Inde. Ce fut une lutte sanglante pour la libération du peuple indien.

Au lendemain de l’indépendance du pays, le Premier ministre Nehru se tenait au Fort Rouge de New Delhi. De là, il s’adressa à la population indienne victorieuse et hissa ensuite le drapeau indien, symbole de la libération du pays. L’Inde était ainsi devenue la plus grande démocratie au monde. Cette tradition est perpétuée à chaque date d’indépendance jusqu’à ce jour. Les vieux murs du Fort Rouge ont donc toujours été témoins des longs discours prononcés par les différents premiers ministres jusqu’aujourd’hui.