Inde en ligne : le portail francophone de l'Inde

Paris
[ 16:38 ]
:: Découvrez l'Inde sous toutes ses couleurs ::
New-Delhi
[ 21:08 ]


Introduction
Histoire
Géographie
Population
Langues
Religions
Politique
Economie
Etats
Littérature
Cinéma
Musique
Cuisine
Médecine
Arts
Danses
Sports
Personnalités
Résumé
Liens


Quoi de neuf


Agenda
Articles
Interviews
Recettes
Vidéos
Parutions


Tourisme


Conseil aux voyageurs
Carnets de route


Contact


Annuaire
Qui sommes-nous?
Liste de diffusion
Contact






Maria Kiran : L’Etoile du Bharata Natyam en France

7 mai 2007

Interview réalisée le 15 Avril 2007 par Shriya au Jardin d’Acclimatation àParis pendant le festival "Incredible India".

IEL : Maria, pouvez-vous nous parler de vos origines indiennes ? Maria-Kiran : Je suis née àAllahabad, dans le Nord de l’Inde et j’ai été adoptée àl’âge de 3 ans par un couple de Français qui a fondé le centre Mandapa* àParis.

IEL : Comment s’est passée votre formation artistique ? Maria-Kiran : J’ai commencé la danse indienne à6 ans et je suis passée professionnelle à15 ans. J’ai fait mon Aranghetram àChidambaram dans le Tamil Nadu et depuis 10 ans, je continue ma formation.

IEL : Où avez-vous été formée ? Maria-Kiran : Tout d’abord au centre Mandapa puis l’âge de 12 ans, je pars en Inde pour être formée par un maître. Quand j’étais scolarisée, j’y allais pendant les vacances scolaires. Maintenant j’y vais 2-3 fois dans l’année pour de plus longues périodes.

IEL : Etes-vous déjàallée en Inde simplement pour visiter et découvrir le pays ? Maria-Kiran : Je n’y suis jamais allée uniquement pour visiter. J’ai souvent accompagné mes parents qui s’y rendaient pour des raisons professionnelles. De même, j’y vais maintenant pour continuer ma formation chez mon maître àDelhi car l’apprentissage du Bharata Natyam est àvie, et pour aussi donner des récitals. Mais cela ne m’empêche pas d’en profiter pour visiter les endroits où je vais.

IEL : Vous vous sentez plus indienne ou plus française ? Maria-Kiran : Je suis vraiment les 2 àla fois, quand je suis en France, j’ai l’Inde avec moi et inversement.

IEL : Pourriez-vous vivre en Inde ? Maria-Kiran : Non je ne pense pas. Mais j’y suis une bonne partie de l’année et l’autre partie en France. Je suis danseuse de profession, mon temps est partagé entre formation et récital. La formation se fait en Inde et les récitals, en Inde et en Europe.

IEL : Comment décidez-vous du programme de vos récitals comme celui de ce week-end ? Maria-Kiran : S’agissant d’un public qui découvre cette danse, j’essaye d’en montrer les différentes facettes avec des récits abordables.

IEL : Pourquoi vous n’expliquez pas les aspects techniques et les histoires avant chaque danse ? Maria-Kiran : Je préfère laisser les gens imaginer. On se laisse de moins en moins porter par notre imagination, tout doit être expliqué, doit être logique, codifié et je trouve cela dommage.

IEL : Le Bharata Natyam est quand même un art très codifié ? Maria-Kiran : Oui bien sà»r, et si c’est nécessaire je le fais, mais en général, je laisse le public essayer de comprendre. Parfois, ils vont comprendre autre chose que ce qui est montré mais ce n’est pas grave, ce qui est important, c’est que leur imagination travaille. Le plaisir du spectateur vient aussi de là.

IEL : Votre prochain récital appelé « la face cachée des héros et héroïnes  » aura lieu du 12 au 16 Juin au théâtre de la ville. De quoi s’agit-il ? Maria-Kiran : Il s’agit d’un récital traditionnel de Bharata Natyam mais avec un thème moderne. Il ne s’agit pas d’un thème nouveau, il est moderne dans le sens où il existe dans les textes anciens mais n’est pas ou peu joué. Il s’agit de montrer l’autre face des héros. Traditionnellement, l’homme est toujours vaillant et la femme soumise. Mais en réalité ce n’est pas toujours le cas. Je veux montrer ces autres facettes qu’on ne voit jamais. L’homme sera montré dans sa fragilité et la femme plus forte et courageuse. Je jouerai avec mes musiciens indiens et les chorégraphies ont été préparées avec mon maître.

IEL : S’agit-il de votre première création ? Maria-Kiran : Oui au niveau de la conception et du choix des thèmes, il s’agit de ma première création.

IEL : Avez-vous appris d’autres danses ? Maria-Kiran : Oui j’ai fait un peu de Kathak et de la danse classique pendant plusieurs années. La danse classique m’a d’ailleurs beaucoup apportée en terme de rigueur dans mon apprentissage du Bharata Natyam.

IEL : Avez-vous d’autres centres d’intérêts liés àl’Inde et àla culture indienne ? Maria-Kiran : Je m’intéresse beaucoup àla religion, notamment l’hindouisme, mais aussi aux autres religions et àleurs similitudes.

IEL : Y a-t-il un artiste avec lequel vous souhaiteriez travailler ? Maria-Kiran : Pas dans le cadre du Bharata Natyam , je ne danse qu’en solo comme le veut la tradition. Si on est àplusieurs, ce n’est plus du Bharata Natyam.

IEL : Avez-vous appris en solo ? Maria-Kiran : Non, au début c’était en groupe et ensuite seule avec mon maître de manière traditionnelle.

IEL : Aimeriez-vous travailler pour le cinéma, en tant que comédienne-danseuse ou chorégraphe ? Maria-Kiran : J’ai déjàjoué au théatre et dans un téléfilm, « Par la grande porte  », mais pas pour la danse. Je suis ouverte àtout type de projet si c’est humainement intéressant et qu’il y a du respect entre les personnes. Si c’est juste pour faire du profit et travailler dans de mauvaises conditions, cela ne m’intéresse pas.

IEL : Et dans une comédie musicale comme Bharati ? Maria-Kiran : Même chose, si le projet est intéressant humainement, je suis partante !

IEL : Etes-vous polyvalente au niveau danse ? Maria-Kiran : Non, je ne fais que du Bharata Natyam car c’est la seule danse que je connais un peu. Je ne pense pas qu’on puisse connaître complètement une danse en quelques années et ensuite passer àune autre danse et se dire polyvalent.

IEL : Vous avez donné des récitals en Europe et en Inde. Pas de projet en vue dans les îles comme La Réunion ou la Guadeloupe où la population indienne est présente et demandeuse ? Maria-Kiran : J’ai déjàdansé àla Réunion il y a quelques années déjà. Je suis prête ày retourner ou aller dans d’autres endroits, il suffit qu’on me contacte et qu’on me propose un projet. Je ne connais personne dans les îles donc je ne peux pas y aller de moi-même.

IEL : Nous passerons le message ! Merci de nous avoir accordé de votre temps.

Quelques informations supplémentaires sur Maria-Kiran :

Mai 1999 : Prix spécial du Jury , Concours International de Danse (Perugia / Italie) Oct. 1999 : Récital d’inauguration du Musée des Arts Asiatiques de Nice Fév. 2000 : En Italie pour le Jubilé 2000 : Basilique Sopra Minerva (Rome) et Cathédrale de Ferentino Aoà»t 2000 : Récitals en Inde : Madras, Bhopal, New Delhi, Bombay Nov. 2000 : Université de Valladolid (Espagne), Congrès International sur l’Asie Janv. 2001 : Récital pour la réouverture du Musée Guimet Avril 2002 : Journée Mondiale de la Danse àl’UNESCO 2002 à2004 : Tournées dans le cadre des J.M.F. (150 représentations en France) Fév. 2003 : Récitals au Théâtre de la Ville/Les Abbesses àParis : c’est la plus jeune artiste àse produire dans ce prestigieux théâtre. Aoà»t 2003 : Participation au festival MIMOS (Périgueux) Juin 2004 : Récitals dans le cadre du Festival de Porto (Portugal) Oct.2004 àfév.2005 : Récitals au Théâtre de la Ville/les Abbesses et tournée en France 2006 : Théâtre de la Ville/Paris, festivals de Carthage, Rovereto, Damas, Lille 3000 2007 : Théâtre de la Ville / Paris en Juin

* Le centre Mandapa est une scène ouverte aux arts traditionnels de l’Inde et d’ailleurs. Il propose des cours de Bharata Natyam et de Kathak.

JPG - 25.2 ko
JPG - 35.6 ko
JPG - 23.8 ko
JPG - 28 ko
JPG - 31.3 ko
JPG - 27.5 ko
JPG - 29.6 ko
JPG - 31.3 ko
JPG - 34.5 ko

Photos du récital prises par Kim au Jardin d’Acclimatation dans le cadre du festival « Incredible India  ».


Mots-clés :


Shriya




Dans la même rubrique :

[18-06-2015] Rencontre avec Faeq Biria ou le Yoga sans frontières
[02-03-2015] Nirmala Gustave, praticienne en sophrologie pour l’éveil du féminin
[08-02-2015] Cedrik Verdure, de l’humour à la sauce indienne
[04-11-2014] Cap Windia ou la réouverture de la mythique route des Indes
[19-05-2014] Interview de Satya Oblette, le mannequin franco-indien aux 1000 et une facettes
[29-04-2014] Interview d’Asha Bhosle, l’une des plus belles voix de l’Inde
[17-04-2014] Rencontre avec Christophe Jaffrelot : décryptage des élections générales en Inde
[02-10-2008] Swamini UMANANDA
[07-07-2008] Douglas Gressieux
[20-05-2008] Kakoli Sengupta
[23-03-2008] Sarva Atma Mithra
[01-03-2008] Poonam Chawla
[09-12-2007] Jean-Joseph Boillot - spécialiste de l’économie indienne
[30-09-2007] Mrs Priti Sanyal - Cultural Attachée of the Maison de l’Inde
[30-09-2007] Madame Priti Sanyal - Attachée Culturelle de la Maison de l’Inde
[18-08-2007] His Excellency Mr Ranjan Mathai - Ambassador of India in France
[18-08-2007] Son Excellence Monsieur Ranjan Mathai - Ambassadeur de l’Inde en France
[04-06-2007] Laure Moutoussamy
[07-05-2007] Maria Kiran : L’Etoile du Bharata Natyam en France
[06-05-2006] Marlis Ladurée
[10-07-2005] Ashutosh Gowariker

Et si vous nous rejoigniez ?

Vous êtes passionné(e) par la culture indienne, vous souhaitez faire partager votre passion à tous les amoureux de l'Inde dans le monde francophone.
Nous recherchons des bénévoles actifs ayant un don pour la plume, des spécialistes de la communication, des web reporters, des développeurs, des graphistes...
Inde-en-ligne.com géré par l'association éponyme oeuvre depuis 2003 à la promotion d'une image novatrice de l'Inde en France entre tradition et modernité.
Si vous souhaitez nous rejoindre, merci de nous faire part de vos motivations en complétant le formulaire de contact avec vos coordonnées.


Google







Google+
Inde en lignesur Google+



Taux de change
1€=77.5010 INR


Inscription à la lettre d'information d'Inde-en-ligne.com



Inde en ligne
Ajouter à vos Favoris


Avec le soutien de
Gandi


© 2003-2015 - INDE-EN-LIGNE.COM ® - Tous droits réservés
Disclaimer