Inde en ligne : le portail francophone de l'Inde

Paris
[ 07:00 ]
:: Découvrez l'Inde sous toutes ses couleurs ::
New-Delhi
[ 11:30 ]


Introduction
Histoire
Géographie
Population
Langues
Religions
Politique
Economie
Etats
Littérature
Cinéma
Musique
Cuisine
Médecine
Arts
Danses
Sports
Personnalités
Résumé
Liens


Quoi de neuf


Agenda
Articles
Interviews
Recettes
Vidéos
Parutions


Tourisme


Conseil aux voyageurs
Carnets de route


Contact


Annuaire
Qui sommes-nous?
Liste de diffusion
Contact






Amitabh Bachchan

1er février 2005


Légende vivante du cinéma indien, Amitabh Bachchan a été sacré " Star du Millenium " par la BBC en 2000. Avec plus de 110 films àson actif et très estimé dans son pays, il reçoit également les honneurs dans le monde entier.

En janvier 2001, le gouvernement indien lui attribue la distinction " Padma Bhushan " pour sa brillante contribution au cinéma indien. Figurant aux cÃ’tés d’autres personnalités indiennes comme Mahatma Gandhi et Indira Gandhi au célèbre Musée de cire Madame Tussaud de Londres, il trouve sa place auprès des grands comme Charlie Chaplin. Récemment, lors de la cérémonie inaugurale de la 5e édition du Festival du film asiatique qui a eu lieu en France en 2003, le Maire de Deauville le désigne " citoyen d’honneur de la ville de Deauville " après la Reine Elisabeth, le Pape et Gagarine. Pour Amitabh Bachchan, un tel honneur représente un grand hommage au cinéma populaire indien et une véritable reconnaissance de l’industrie cinématographique indien.

Quoique moins bien connu en Europe et en Amérique du Nord, Amitabh Bachchan a des admirateurs du Maghreb jusqu’àl’Asie du Sud-Est ; ses fans connaissent par cÅ“ur le scénario de ses films, les différents personnages qu’il incarne, et peuvent même citer quelques dialogues mythiques et siffler le refrain de certaines mélodies inoubliables de ses films. En Thailande, on le surnomme " longues jambes ". Doté d’une telle prestation cinématographique qui dure depuis plus trente ans, Amitabh Bachchan n’a pas fini de surprendre et, aujourd’hui, àl’âge de 62 ans, poursuit toujours sa carrière pour la joie de tous ses fans. Surnommé " Big B " àBollywood, Amitabh Bachchan est né le 11 octobre 1942 àAllahabad dans l’Uttar Pradesh. Marié àJaya Bhaduri, il aura deux enfants, Sweta et Abhishek et une petite-fille, Naveli Nanda. Fils du poète Harivansh Rai Bachchan et de Teji Bachchan, il s’intéresse dès son jeune âge au théâtre amateur et participe àdes pièces organisées àl’école et au lycée ; après l’obtention d’une maîtrise àl’Université de Delhi, il choisit le métier d’artiste. Il quitte Delhi pour Bombay en 1968 et suite àplusieurs mois de lutte, il débute comme acteur en 1969 dans Saat Hindustani " Sept Indiens " et reçoit le prix du " meilleur acteur débutant ".

Après avoir joué dans une douzaine de films, il se fait remarquer en 1973 dans Zanjeer, " La chaîne ", de Prakash Mehra. Deewar, " Le mur ", de Yash Chopra paru en 1975, sera le film phare de sa carrière ; en incarnant un personnage révolté prêt àtout pour lutter contre l’injustice, il devient le " jeune homme coléreux ". Ainsi, un nouveau type de héros est né dans le cinéma populaire indien, marquant bien une différence avec le héros romantique classique.

Héros rebelle figurant dans d’autres films d’action comme Sholay " Les flammes " (1975) de Ramesh Sippy, Amitabh Bachchan jouera également dans des films sentimentaux et, àtravers un personnage tantÃ’t discret, artiste et poète, tantÃ’t taciturne, mélancolique et cynique, il touchera le public dans Abhimaan " orgueil " (1973) de Hrishikesh Mukherjee, Silsila (1981) et Kabhi Kabhie (1981) de Yash Chopra. Le héros romantique et stoïque attire la sympathie de ses admirateurs lorsqu’il sacrifie son amour pour les conventions sociales. Toutefois, c’est dans des films d’action qu’il sera particulièrement apprécié ; en effet, il obtient le prix du meilleur acteur dans Amar Akbar Anthony (1978) de Manmohan Desai lorsqu’il incarne le rÃ’le d’un héros désinvolte, dans Don (1979) de Chandra Barot où il joue le double rÃ’le d’un ignoble caïd, et, plus tard, dans Hum (1991) et Agneepath " la voie du feu " (1992) de Mukul S. Anand.

Les années quatre-vingts seront marquées par une rupture dans sa carrière et une série d’échecs. Après avoir joué dans le film Coolie (1983) de Manmohan Desai, où il est victime d’une blessure presque fatale, il se tourne vers la politique après la mort d’Indira Gandhi en 1984. Ami de Rajiv Gandhi, il est élu député de la ville d’Allahabad et siègera au parlement pendant trois ans. En 1987, il quitte la politique, se remet au cinéma et, en parallèle, se lance dans les affaires avec sa propre société, ABCL (Amitabh Bachchan Corporation Limited), spécialisée dans la production et la promotion de l’industrie cinématographique. Le roi du cinéma indien n’a pas le sens commercial et essuie un nouvel échec : la compagnie s’endette.

Malgré cette baisse de popularité, il réussit un retour médiatique remarquable en 2000 grâce àl’émission Kaun banega karorpati ?, équivalent de " Qui veut gagner des millions ? " qu’il anime àla télévision. Avec la nouvelle image d’un animateur au visage familier et plaisant, il conquiert son public. Amitabh Bachchan arrive àredorer son image : il paie les dettes de sa société ABCL qui devient AB Corp en 2003.

Avec la sortie de Mohabattein " les promesses de l’amour " d’Aditya Chopra en 2000, il réussit àfaire vibrer de nouveau ses fans au cinéma On retrouve un personnage mà»ri, qui, jouant le rÃ’le d’un père intransigeant, directeur de collège attaché aux valeurs traditionnelles, condamne sa fille pour avoir transgressé le règlement du collège. Dans ce mélodrame, la jeune fille se suicide et ce n’est qu’àla fin du film que le père endurci, qu’incarne avec beaucoup de réalisme Amitabh Bachchan, reconnaît ses torts dans un dialogue très émouvant avec Shah Rukh Khan, jouant le rÃ’le du jeune amoureux, chargé de le conduire àl’expiation finale. Ce tandem se retrouve dans Kabhi Khushi Kabhi Gham " la famille indienne " (2001) de Karan Johar où Amitabh Bachchan, homme d’affaires très riche, inflexible et respectueux de l’honneur familial et la tradition fera souffrir sa famille par son obstination. Refusant l’amour de son fils pour une fille de classe moyenne, et, en le chassant de la maison, condamne sa famille àla séparation. Dans cette série de films, les valeurs morales cÃ’toient les réalités sociales ; on retrouve Amitabh Bachchan en 2003, dans Baghban " le jardinier " de Ravi Chopra dans le rÃ’le d’un père de famille qui, en prenant sa retraite, se heurte àl’ingratitude de ses enfants. Au menu, une description réaliste de la famille contemporaine individualiste et du fossé générationnel, des dialogues émouvants, scènes mélodramatiques de séparation, de pardon et de réconciliation. En plus de ce retour spectaculaire dans des films sentimentaux rehaussant les valeurs familiales, Amitabh Bachchan défendra également les valeurs morales et patriotiques. En 2004, il joue le rÃ’le d’un honnête policier luttant contre la corruption dans Khakhee " le flic en uniforme " de Rajkumar Santoshi, et, incarne le rÃ’le d’un militaire dans deux films inspiré du conflit indo-pakistanais - Dev de Govind Nihalani et Lakshya " objectif " de Farharn Akhtar.

Présenté comme un politicien médiocre par certains et décrit comme un mauvais gestionnaire par d’autres, Amitabh Bachchan demeure néanmoins un acteur doté d’un talent unique. C’est un artiste qu’on admire dans tous ses rÃ’les : un personnage sentimental, joyeux, sévère ou " en colère ", qui a l’art de communiquer une vive émotion auprès de son public. Il sait capter toute l’attention avec sa voix grave et profonde débitant un texte fait sur mesure ; et même, dans des scènes de silence ou de solitude, il réussit àmaintenir cette attention grâce àl’expressivité de son regard, àl’attitude appropriée et àdes gestes adéquats. Il reste le " Modèle " de Bollywood dont les jeunes acteurs veulent s’inspirer...

Encore du bonheur en 2005 pour ses fans. En effet, avec encore une belle carrière devant lui, le roi du cinéma indien nous réserve une dizaine de films pour cette année avec la sortie au premier trimestre, de Black de Sanjay Leela Bhansali, Sarkar de Ram Gopal Varma et Waqt, " la course contre le temps " de Vipul Shah...


Mots-clés :


Pravina Nallatamby (alias Anjali B.)




Dans la même rubrique :

[09-02-2009] SRINIVASA RAMANUJAN (1887-1920)
[02-11-2007] SAROJINI NAIDU (1879-1949)
[01-10-2007] Sant Narsinh Mehta (1414-1480)
[15-09-2007] Bankim Chandra Chatterjee (1838-1894), pà¨re du roman indien
[07-08-2007] Ami Parekh ou Bollywood sur glace
[13-07-2007] Narain Karthikeyan, l’Indien le plus rapide
[06-06-2007] SATYAJIT RAY (1921-1992)
[08-05-2007] SANT SURDAS, chanteur-poà¨te médiéval (1478-1583)
[11-03-2007] Salman Rushdie
[18-10-2006] Shivaji, le guerrier marà¢the (1627-1680)
[10-09-2006] A.R. Rahman
[25-05-2006] Amartya Sen à Sciences Po à Paris le 12 mai 2006
[18-03-2006] Pandit Hariprasad Chaurasia
[29-10-2005] Swami Vivekananda (1863-1902)
[15-10-2005] Dr Ambedkar (1891-1956)
[03-07-2005] Shah Rukh Khan
[01-03-2005] Tirouvalluvar
[01-02-2005] Amitabh Bachchan
[01-02-2005] Rabindranath Tagore
[04-11-2004] Sri Aurobindo (1872 - 1950)
[15-10-2004] Indira GANDHI [1917 - 1984]

Et si vous nous rejoigniez ?

Vous êtes passionné(e) par la culture indienne, vous souhaitez faire partager votre passion à tous les amoureux de l'Inde dans le monde francophone.
Nous recherchons des bénévoles actifs ayant un don pour la plume, des spécialistes de la communication, des web reporters, des développeurs, des graphistes...
Inde-en-ligne.com géré par l'association éponyme oeuvre depuis 2003 à la promotion d'une image novatrice de l'Inde en France entre tradition et modernité.
Si vous souhaitez nous rejoindre, merci de nous faire part de vos motivations en complétant le formulaire de contact avec vos coordonnées.


Google







Google+
Inde en lignesur Google+



Taux de change
1€=69.9130 INR


Inscription à la lettre d'information d'Inde-en-ligne.com



Inde en ligne
Ajouter à vos Favoris


Avec le soutien de
Gandi


© 2003-2015 - INDE-EN-LIGNE.COM ® - Tous droits réservés
Disclaimer